1802

1802 SAINT DOMINGUE (appelé Haïti depuis) Massacres Coloniaux

…. La France n’est pas le Pays des droits de l’Homme !!!

Cette principale colonie du royaume de France, fournit sucre et indigo. Contrairement aux Espagnols qui y ont surtout pillé l’or, les Français l’exploitent méthodiquement et quasi industriellement.

La France y a déporté plus de 500.000 esclaves africains, et ils sont dix fois plus nombreux que leurs maîtres blancs.

En 1791, les esclaves des plantations coloniales entendent déjà leurs maîtres parler des premiers engagements abolitionnistes  de l’esclavage humain de 1789. Avec les esclaves Boukman et Biassou, face au refus des colons royalistes de les libérer, les esclaves haïtiens se soulèvent.

.

François Dominique Toussaint dit « Toussaint-Louverture » , qui à ses heures perdues, aimait à étudier le français et le latin, n’est encore qu’un ancien cocher de l’habitation « Bréda », située dans la partie française de l’île.

Lorsqu’ éclatent les insurrections celui-ci fier, intelligent et cultivé, ne supporte ni les humiliations répétées, ni les coups de fouet qui s’abattent régulièrement sur lui et sur ses compagnons d’infortune. Pour lui, l’esclavage ne peut pas être une fatalité. Il a plus de cinquante ans. les insurgés le surnommeront « Louverture », fascinés par la bravoure avec laquelle il « ouvrait » les brèches ennemies.

Une révolte des esclaves aboutit en 1793 à l’abolition de l’esclavage par des commissaires envoyés de métropole, décision avalisée et généralisée à l’ensemble des colonies par la Convention six mois plus tard.
.

D’abord engagé dans le combat aux côtés des Espagnols contre les Français royalistes, Toussaint-Louverture rejoindra par la suite la France révolutionnaire qui abolit l’esclavage en 1794. Sous le commandement du général Lavaux, il participe à la victoire contre les Espagnols et les Britanniques chassés du territoire. Sa détermination, son courage et ses nombreux faits d’armes lui vaudront d’être nommé par l’Etat-major militaire français général de brigade et commandant en chef des troupes.

Toussaint Louverture_

.
Dès le début de son engagement dans la lutte pour la Liberté, Toussaint Louverture rêvait d’un avenir brillant pour son île. Il est le premier des hommes noirs de cette époque à décréter en 1800 la libération de son pays, auquel il rend son nom amérindien des caraïbes d’ arawak, Haïti ou « le pays montagneux ».

Toussaint-Louverture ne s’arrête pas là. Visionnaire, il jette les bases d’une Constitution. Excellent administrateur de l’île, il signe divers traités commerciaux avec les Etats-Unis et la Grande-Bretagne.

.
Mais Napoléon Bonaparte, hostile à toute réduction de l’Empire colonial français, réprime violemment la marche d’Haïti vers l’indépendance. Il rétablit l’Esclavage et dépêche vers les îles  un corps expéditionnaire de 12 000 à 20.000 hommes.

.

période 1802 à 1804 Toussaint-Louverture :

(Cette partie de l’Histoire n’est jamais où peu étudiée, car il faut glorifier Napoléon : ndlr)

En France, retour au pouvoir de Napoléon,
et en décembre 1801 Le général Leclerc par de Brest et autres ports de France avec 12.000 soldats ainsi que des colons vers Saint Domingue.
Février 1802 débarquement à Port aux Princes
Toussaint-Louverture fait face aux débarquements des troupes françaises sur l’île . Il se réfugiera dans les montagnes où se trouve les stocks d’armes sur un fort construit par les Anglais.
Il résiste aux nombreux assauts des troupes françaises.
 la fin du mois de Mars 1802 ou il accepte des pourparlers suite à des défections de ses lieutenants.
En mai 1802 fin de la campagne militaire.

Toussaint Louverture_1791_1803Trahis, arrêté et déporté en France où il meurt en 1803

Arraché à son pays, déporté dans le Jura au Fort de Joux,  victime de mauvais traitements, bafoué et humilié, Toussaint ne pourra résister aux conditions inhumaines de détention. Il meurt le 07 avril 1803.

.
Le général Leclerc poursuit l’esclavage en remettant les anciens esclaves à leurs maîtres.

Haiti_honneurs du à son rang_Soulouque
Suite au rétablissement de l’esclavage en Guadeloupe, les populations de Saint Domingue s’insurgent à nouveau en Aout 1802 aidées des Américains qui leur fournissent des armes.
Le corps expéditionnaire français déporte les populations et massacre les chefs.
En Octobre 1802 le corps expéditionnaire est acculé par 5.000 insurgés qui fondent sur la ville du Cap ou se tient le Gouvernement. Les Navires français proches se croyant perdus jettent à la mer environ 1.000 soldats noirs de la 6eme coloniale.
le général Leclerc abandonne les lieux pour se retirer vers les places fortes des côtes.

.
En 1803 les Anglais aident les insurgés à reprendre toutes les places fortes jusqu’en octobre 1803 où le Général
Dessalines est à la tête de tous les rebelles, environ 20.000 hommes, se lance à l’assaut de la ville du Cap où il affronte Rochambeau le 18 novembre.
Rochambeau capitule devant les Anglais car Dessaline lui avait annoncé qu’il bombarderai la flotte française si elle ne se retirai pas.

Le 1er janvier 1804, grâce à Jean-Jacques Dessalines, ancien lieutenant de Toussaint Louverture, Haïti obtient son indépendance.

.
En février 1805 , Dessaline marche contre la partie Espagnole de l’Île….

.

Affaiblis par de sanglantes dissensions, ses dirigeants devront encore batailler pour que cette indépendance soit internationalement reconnue, à quoi s’opposent les anciens colons. En 1818, le président haïtien Alexandre Petion envisage d’arracher cette reconnaissance contre « dédommagement ».

Charles X, Roi français en manque de liquidités, finit par s’y résoudre en 1825, moyennant la somme considérable de 150 millions de francs or pour « indemniser » les anciens « propriétaires Colons ». Le nouveau président de la jeune république, Jean-Pierre Boyer , craignant une invasion, accepte contraint par l’envoi d’une escadre de guerre menaçante par la France, qui pourtant n’a plus les moyens économiques et militaires d’une reconquête. Treize ans plus tard, la  « Rançon »  est ramené sous Louis Philippe à 90 millions.

Haïti ne peut payer elle-même une telle somme – équivalent, selon certains calculs, à 17 milliards d’euros d’aujourd’hui – alors même qu’elle s’y trouve contrainte par sa position diplomatique et commerciale. Elle emprunte donc à des taux élevés sur les marchés, notamment à des établissements financiers français. Si la dette « souveraine » est elle-même réglée en une trentaine d’année, les remboursements aux prêteurs se prolongeront jusqu’au XXème siècle, handicapant les modestes finances du pays. ils paieront donc en plus des intérêts pour se libérer du joug de l’occupant colonial français.

.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s